Villazón, concierto en el TCE

Rolando Villazon/Paris 28/01/08

C’était le premier concert à Paris de Rolando depuis le 28 mars 2007 où il était apparu très pâle et amaigri auprès de la magnifique Anna Netrebko. Si l’osmose vocale exceptionnelle des 2 artistes et leur complicité dramatique si crédible avaient conquis d’emblée le public, on pouvait remarquer chez Rolando quelques signes de fatigue ,confronté à la “santé” vocale de sa partenaire. Ces deux grands artistes avaient offert au public des moments magiques(malgré quelques petits soucis).

rolando-28-01-017.jpg

Ce 28 janvier 2008, Rolando, légèrement tendu, est apparu sur la scène du TCE et a reçu un accueil extrêmement chaleureux d’un public qui l’adore, mais qui ne lui pardonne pas tout…

Il a commencé cette première partie par Cielo e mar et on a senti immédiatement qu’il était en pleine possession de ses moyens. Ensuite les 2 airs d’Adrienne Lecouvreur lui ont permis de montrer sa merveilleuse sensibilité et son phrasé irréprochable. Enfin il a interprété l’air du Fils Prodigue (chanté assez rarement) qui est un chant désespéré convenant très bien au tempérament du ténor.

Après l’entr’acte, le climat fut (pour un court instant) plus enjoué avec le célèbre Questa o Quella de Rigoletto, où l’on a retrouvé avec plaisir le dynamisme et la jeunesse du séducteur, que Rolando a chanté avec une aisance confondante.

Une seule petite réserve en ce qui concerne l’air de Gabriele extrait de Simon Boccanegra: une phrase à la justesse approximative vite rattrapée par Rolando qui a dominé cet air long et difficile grâce à une technique sans faille.

Ensuite, et probablement la plus belle réussite de la soirée (à mon avis), l’air de Rodolfo de Luisa MillerRolando peut mettre en valeur l’éventail complet de ses qualités: aisance dans l’aigu, phrasé remarquable, demi-teintes non détimbrées et une émotion telle que le public a littéralement “explosé” d’enthousiasme.

Pour terminer ce programme (italien), un air inconnu de Gomez extrait de Fosca aux accents très désespérés.

Afin de satisfaire le public fou de joie et de gratitude (cris de toutes sortes, remerciements en plusieurs langue, bravi, standing ovation…), Rolando a offert 3 “encore” , dont O Sole mio et Granada.

Une splendide soirée où nous avons retrouvé (avec soulagement) les qualités qui font de Rolando Villazon un des meilleurs artistes de sa génération: permanente implication vocale et dramatique, aigus lumineux, aisance dans tous les registres et cette générosité qui le rendent unique.

Je n’oublie pas de préciser la qualité remarquable de l’orchestre Philharmonique de Prague, composé de jeunes musiciens et dirigé avec brio par Daniele Callegari (qui est également le chef de l’enregistrement à paraître chez DG: Cielo e Mar).

UN MAGNIFIQUE CONCERT !

Catherine (la parisienne)

Gracias a Catherine por la crónica y la foto.

Publicado el 29 enero 2008 en Sin categoría y etiquetado en , , , . Guarda el enlace permanente. 2 comentarios.

  1. Id al foro…raaaapido!

  2. catherine Brignani

    Je n’ai rien trouvé concernant le concert du 28 janvier au TCE ,sur Parsifal.
    Donde ????

    Merci de la réponse
    Catherine

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: