Archivo del sitio

Keenlyside canta Verdi

Ayer tristany me recordaba que el próximo 13 de Junio podremos ver en cines Macbeth en directo desde la ROH.

Os dejo con Simon Keenlyside interpretando Perfidi!… Pietà, rispetto, amore de Macbeth. Las imágnes proceden de un concierto en la Wiener Staatsoper de Junio del año pasado.

Vídeo de .

Lista de cines en España.

Keenlyside cancela su Figaro

Simon Keenlyside ha cancelado sus funciones de Il barbiere di Siviglia de la ROH.

Por prescripción médica debe descansar la voz y no le podremos ver como Figaro en el Covent Garden. Será reemplazado por Pietro Spagnoli, lo que supone su debut en este teatro.

En estos momentos todavía aparece anunciado Keenlyside en la programación de la ROH.

Kirchschlager & Keenlyside, TCE

Angelika Kirchschlager, Simon Keenlyside – Opérette viennoise (5 Novembre)

Les Musiciens du Louvre – Dir. Marc Minkowski

Programme:

  1. J. Strauss fils: Marche égyptienne
  2. F. Von Suppé: 2 duos extraits de Boccaccio
  3. F. Lehar: Extrait de Eva
  4. E. Kalman: Extrait de Das Veilchen von Montmartre (SK)
  5. J. Strauss fils: Extrait de Die Tanzerin Fanny Esler (AK)
  6. F. Lehar: gold und Silber, valse
  1. F.Lehar: Meine lippen…(Giuditta) par AK
  2. E. Kalman: Wieder hinaus…(Die zirkusprinzessin) par SK
  3. J. Strauss fils:  Die fledermaus , ouverture
  4. F. Lehar: Nur die liebe … (Zigeunerliebe) Duo
  5. E. Kalman: Weist du es noch… (Die ¨Csardasfürstin) Duo

Encore

  1. R. Stolz: La Favorite (AK)
  2. F. Lehar: Je t’ai donné mon coeur (Pays du sourire) par SK
  3. E. Kalman: Die  Csardasfürstin Duo
  4. J. Strauss: Polka
  5. E. Kalman: Bis du duo de la dernière partie.

Tout d’abord, je tiens à saluer la qualité excellente de l’orchestre  et le dynamisme de son chef, attentif aux chanteurs. Ils ont largement contribué à la réussite de la soirée.

Angelika Kirchschlager est apparue dans une robe en satin violet, aux multiples drapés et Simon Keenlyside en habit noir classique.

La première partie, un peu courte, m’a réservé une découverte: celle du second duo de Boccaccio, Mia bella fiorentina, que j’ai trouvé charmant. Il est vrai que les deux artistes se connaissent bien (pour avoir souvent travaillé ensemble) et leur chant s’en ressent.

L’un comme l’autre ont connu quelques difficultés dans leur premier air en solo: aigu difficile, petit décalage de mesure (le trac, sans doute).

La seconde partie était de bien meilleure qualité, avec une ambiance festive enfin trouvée…

Jouant la comédie de l’ébriété, de la dispute, de la nostalgie, de l’amour, avec conviction et humour, les deux chanteurs ont donné au public ravi un éventail de leurs multiples talents.

Leurs voix magnifiques au service d’une musique dite “légère” m’ont vraiment enchantée.

Quelques pas de valse ont même été esquissés: Le chef d’orchestre n’hésitant pas à y participer…

A noter qu’entre chaque morceau, les protagonistes ne rentraient pas en coulisses, mais restaient assis devant une table sur laquelle étaient servis des verres de bière (qui ont été bus…) et  s’écoutaient mutuellement.

saludos1

Les nombreux “encore” prouvent que les spectateurs avaient du mal à quitter un couple aussi talentueux et la soirée s’est terminée dans le hall du théatre où avait lieu une séance de dédicaces à laquelle se sont prêtés d’une manière tout à fait sympathique et cordiale les deux artistes, devant deux grands verres de bière mousseuse…

cerveza-hall

Une seule chose m’a un peu choquée: le manque de courtoisie du TCE vis à vis d’Angelika Kirchschlager; pas une fleur à la fin de la représentation!

Catherine (la parisienne)